jeudi 1 février 2018

Sept choses que j'ai apprises sur moi-même en un quart de siècle | TAG

Nous sommes le premier février deux mille dix-huit. Aujourd'hui, je fête mon vingt-cinquième anniversaire. Cela signifie que je viens tout juste d'atteindre le fameux grand cap du quart de siècle. Et honnêtement, je ne me sens pas plus vieille qu'il y a quelques heures lorsque j'avais encore vingt quarts ans. J'ai toujours l'impression d'être une éternelle adolescente, même si je suis venue au monde il y a exactement vingt-cinq ans...

Ces dernières années, j'ai appris à être libre, heureuse et à m'épanouir. J'essaye de faire tout ce que je peux pour accorder moins d'importance aux petits détails inutiles qui n'engendrent que du stress et de l'anxiété... Et c'est comme cela que l'idée de voir mon vingt-cinquième anniversaire comme une accumulation de savoirs — et pas comme un simple (et triste) coup de vieux lancé en plein visage — m'est venue à l'esprit...


« Joyeux vingt-cinquième anniversaire Jessie ! »


Aujourd'hui, je fête mon quart de siècle de découvertes et d'apprentissages. Et c'est à travers la rédaction de cet article que j'essaye d'appliquer au mieux cette nouvelle manière d'envisager mon anniversaire en partageant avec vous sept choses que j'ai apprises sur moi-même en un quart de siècle...


1. Je suis excessivement curieuse et passionnée. Je ne sais pas s’il existe réellement une limite, mais je sais que je n'ai pas encore atteint la mienne — et je sais que je suis encore très loin de l'atteindre parce qu'il me reste encore beaucoup de cultures à découvrir, beaucoup de pays à visiter et beaucoup de personnes à rencontrer ! —.

2. J'ai tendance à (beaucoup) trop me sous-estimer. C'est une très mauvaise habitude que j'ai développée durant l'adolescence et dont j'ai beaucoup de mal à me débarrasser aujourd'hui... Mais je ne perds pas espoir, je suppose que cela viendra petit à petit avec le temps !

3. J'aime procrastiner, mais je deviens extrêmement efficace lorsque je prends la peine de m'organiser un petit peu. Passer des heures à ne rien faire, être incapable de me concentrer, remettre au lendemain tous les objectifs qui peuvent l'être, rester enfermée à l'appartement lorsque rien ne m'oblige à sortir... J'ai toujours une bonne excuse pour être paresseuse et tergiverser. Mais le point positif dans tout cela, c'est que c'est parce que je suis une procrastineuse que je suis devenue organisée.

4. Je prends toujours les choses trop à cœur. 

5. Je suis — et je resterai probablement à tout jamais — une grande enfant. D'ailleurs, je me suis longtemps identifiée au personnage de Peter Pan. J'avais peur de grandir et de devenir une adulte avec toutes sortes de responsabilités et d'obligations, j'avais peur de perdre ma naïveté, mon innocence et ma folie... Mais à l'heure actuelle, je sais qu'il est tout à fait possible de devenir un adulte responsable sans pour autant avoir à sacrifier son âme d'enfant — et je n'ai plus du tout peur d'être une adulte ! —.

6. Je suis impatiente, têtue, impulsive et (parfois) susceptible.

7. Je suis encore (très) loin de me connaitre. Je ne sais pas si je suis la seule — ou si c'est comme cela pour tout le monde —, mais j'ai le sentiment que plus les années passent, plus il me reste de choses à découvrir sur moi-même... À vrai dire, ces dernières années m'ont réellement permis de réaliser que j'étais encore loin de me connaitre et d'avoir conscience de qui j'étais réellement — même si j'étais convaincue du contraire lorsque j'étais adolescente ! —. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire