samedi 13 janvier 2018

Le récit d'une passionnée de la Corée du Sud

Retour sur mon coup de foudre pour la pop culture coréenne. Que vous soyez l'un de mes fidèles lecteurs ou qu'il s'agisse de votre tout premier passage sur Fumeur de souvenir, il y a au moins deux choses que vous devez d'ores et déjà savoir à mon sujet : je suis une blogueuse francophone et je suis passionnée par la Corée du Sud.

Et honnêtement, lorsqu'une opportunité de rédiger un article sur le Pays du Matin calme se présente, je ne manque jamais une occasion — ndlr : d'ailleurs, depuis les grands changements opérés sur Fumeur de souvenir à l'occasion de son troisième anniversaire en juillet dernier, j'ai parlé de la Corée du Sud (presque) tous les mois ! —. Mais contrairement à d'habitude, l'inspiration de cet article ne m'est pas venue après avoir fouillé pour la centième fois dans les photographies prises lors de mes deux séjours là-bas... Cette fois, c'est ma toute petite communauté de lecteurs et d'abonnés qui m'a inspiré cette idée à travers l'échange de quelques messages privés sur les réseaux sociaux...


« Comment je suis devenue fan de la Corée du Sud ? »


L'idée de rédiger un article afin de répondre à cette question ne m'était jamais venue à l'esprit auparavant. Et je n'aurais peut-être jamais envisagé ce sujet d'article si je n'avais pas interagi avec quelques abonnés cette semaine — ndlr : je pense même que je n'aurais jamais envisagé que cela puisse vous intéresser ! —... Mais puisque la question a été posée — et puisqu'il est très compliqué d'expliquer tout cela en détail à travers des messages privés envoyés via les réseaux sociaux —, je me lance dans la rédaction d'un nouveau monologue — et je termine (enfin) cette immense introduction — afin de vous faire découvrir comment je suis devenue fan de la Corée du Sud...


Mon coup de foudre pour la pop culture coréenne


C'est en (re)découvrant la korean pop que tout a commencé. D'ailleurs, tomber sous le charme des Bangtan Boys — et de bien d'autres artistes et boys bands sud-coréens par la suite — a été l'élément déclencheur qui m'a permis de développer l'amour inconditionnel que je porte à la Corée du Sud à l'heure actuelle. La musique, la danse, les séries, les films, la mode, les émissions télévisées... Plus je m'intéressais à la pop culture coréenne, plus j'avais l'impression que cet univers était destiné à devenir le mien — même s'il me semblait être à des années lumières de tout ce que j'avais connu avant cela ! —... Petit à petit, je me suis laissée submergée par le phénomène que l'on appelle Hallyu — ndlr : cela signifie « la vague coréenne » — et un jour mon rêve de partir à la découverte de la Corée du Sud est né, comme par magie...

Mon premier séjour en Corée du Sud et la découverte de Séoul


Je n'ai aucune idée de ce que me réserve l'avenir, mais je suis convaincue que ce voyage restera à tout jamais l'une de mes plus belles aventures... Et si j'en suis convaincue, ce n'est pas parce que ce premier séjour en Corée du Sud représente la réalisation de l'un de mes rêves, mais parce que je suis revenue profondément changée de ce voyage. J'ai le sentiment d'être devenue plus forte, plus indépendante, plus libre et plus positive face aux aléas de la vie... Je suis loin d'avoir fait le tour du monde et je sais qu'il me reste encore beaucoup d'endroits merveilleux à découvrir, mais à l'heure où j'écris ces quelques mots, c'est la ville de Séoul qui m'a semblé être la plus belle, la plus magique et la plus vivante...

Mes rencontres avec les coréens


Évidemment, j'ai bien conscience que l'échantillon de mes rencontres avec des Sud-Coréens est très réduit puisque je n'ai pas la chance de vivre sur place — et puisque je ne suis restée à Séoul que dix et quinze jours lors de mes deux voyages en Corée du Sud —... Et pour être tout à fait honnête, je suis incapable de dire si j'ai simplement eu de la chance avec mes rencontres faites sur place ou si le peuple coréen est génétiquement programmé pour être gentil, discipliné et serviable... Mais quoi qu'il en soit, chacune de mes rencontres a été une agréable surprise — certains correspondants rencontrés grâce à CouchSurfing sont devenus des amis, j'ai discuté (et fait quelques selfies) avec des personnes âgées dans le métro, j'ai rencontré d'autres jeunes dans des cafés, des magasins, des restaurants et dans les stations de métro, je me suis fait photographier par un apprenti photographe et j'ai discuté avec de parfaits étrangers dans les rues de Séoul parce que je semblais perdue —.

Mon coup de cœur pour la culture traditionnelle


Si la ville de Séoul est devenue le lieu que j'aime le plus au monde, ce n'est pas uniquement pour son architecture moderne — et pour ses buildings particulièrement impressionnants —... Bien que cela lui donne cette fière allure typique des grandes métropoles qui ne dorment jamais — et qui me font rêver depuis que je suis toute petite —, ce n'est pas ce qui m'a le plus émerveillée lors de mes deux séjours en Corée du Sud. C'est même tout son contraire. Étrangement, c'est la découverte de la culture traditionnelle sud-coréenne qui m'a le plus fasciné — et qui me rend le plus nostalgique de la Corée du Sud lorsque je suis en Belgique ! —.

La découverte de leur génie pour le marketing


Il n'y a aucun doute à avoir sur la question : la Corée du Sud est la reine du marketing — ndlr : un peu comme son (presque) voisin le Japon —. Cosmétiques, vêtements, albums musicaux, chaussures, accessoires, peluches, papeteries, goodies, chocolats, sucreries... Lorsque je prends un peu de mon temps pour faire les magasins dans les rues de Séoul durant mes séjours en Corée du Sud, il m'est tout simplement impossible de résister à l'envie d'acheter — ndlr : d'ailleurs, c'est particulièrement le cas lorsque je rentre dans un magasin KakaoTalk ! — et, même si cela fait probablement très peur à ma carte de crédit, je dois bien admettre que ce mélange entre culte et culture du mignon me fait complètement craquer...

Le développement de ma curiosité gustative 


Avant mon tout premier séjour à Séoul, je n'avais jamais eu la chance de manger coréen — ndlr : il faut dire que les restaurants qui proposent de la cuisine coréenne ne courent pas vraiment les rues à Charleroi et à Liège —... Et honnêtement, j'ai été (une fois de plus) agréablement surprise par toutes les découvertes gustatives que j'ai eu l'occasion de faire sur place !

La découverte d'une culture gaming ultra développée


L'univers des jeux vidéo fait partie intégrante de la pop culture coréenne. Plus qu'un simple loisir — ndlr : c'est le plus populaire chez les adolescents et les adultes sud-coréens —, les jeux vidéo (et plus particulièrement les jeux en ligne) sont considérés en Corée du Sud comme un sport national. Création d'équipes de joueurs professionnels, conceptions de tournois internationaux, chaines de télévision entièrement dédiées aux compétitions d'eSports, cybercafé spécialisé dans les jeux vidéo et les jeux en ligne présents un peu partout dans la capitale... La Corée du Sud est un petit coin de paradis pour les amateurs de culture gaming.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire