Friday, May 26, 2017

Being a blogger when you have another work

S’il ne s'agit pas de votre tout premier passage sur Fumeur de souvenir, vous devez probablement déjà savoir que mon activité de blogueuse et mon activité professionnelle sont deux parties de ma vie bien distinctes. J'ai beau faire de mon mieux pour rester active sur mon blog et le maintenir à jour le plus souvent possible, cela ne reste qu'une activité secondaire et un passe-temps — un peu comme faire du bricolage tous les dimanches et prendre des cours de langue le mercredi après-midi —.

Évidemment, contrairement à mon activité professionnelle, je ne suis tenue à aucun engagement vis-à-vis de mon blog puisqu'il s'agit de ma propriété. Si je manque de temps, d'envie ou d'inspiration, il me suffit simplement de faire une pause et de cesser d'écrire pour quelques jours, quelques semaines, quelques mois ou même quelques années et de revenir une fois cette pause terminée... Mais ce n'est pas comme cela que je fonctionne. Moi j'aime partir à l'aventure, prendre des photographies, écrire de (plus ou moins) longs textes et mettre en page mes articles. Mais, par-dessus tout, ce que j'aime c'est être unique propriétaire et rédactrice de mon blog, tout simplement. Et ce, même si ce n'est pas toujours de tout repos...

Memory from my adventures in Seoul, South Korea.

Sometimes it's like dealing with two full time jobs


Être blogueur, tout en ayant un autre travail. C'est sans doute difficile à imaginer lorsque l'on ne s'occupe pas d'un blog, mais cela demande énormément d'énergie et d'investissement... Du coup, lorsque l'on travaille quarante heures par semaine pour une entreprise, que l'on a un appartement a maintenir en ordre et que l'on tient à ne pas trop mettre sa vie sociale et ses amis de coté, il est parfois difficile de puiser à nouveau de l'énergie pour se lancer dans la rédaction d'un nouvel article...

Alors, pour essayer de continuer à tout gérer avec les vingt-quatre heures qu'on trouve dans une journée, on se lance dans la conception de listes et de plannings, on profite des trajets de trains et des pauses de midi passé tout seul à la cafétéria pour rédiger les premières lignes d'introduction des prochains articles, on se force à écrire quelques lignes même si notre cerveau nous supplie de faire une pause. En quelques mots : on fait de notre mieux pour faire face à la procrastination et on se fait violence.

Si aujourd'hui j'écris ces lignes, c'est parce que lorsque j’ai créé mon blog il y a un peu moins de trois ans, je n'avais aucune idée du travail, de l'énergie et de l'investissement qu'un blog pouvait demander à son propriétaire — à l'époque j'avais également beaucoup moins de responsabilités puisque j'étais étudiante et que je vivais chez mes parents —, mais aussi parce que, malgré tout, devenir blogueuse est l'une des meilleures opportunités que je me suis créées pour grandir, évoluer et m'épanouir.

No comments:

Post a Comment