Tuesday, December 6, 2016

My adventure in Korea #1 | The road

Il y a un peu moins de deux jours, je m'autorisais (enfin) à vous révéler mon projet d'aventure en Corée du Sud — et plus particulièrement à Séoul — à travers un court article sur Fumeur de souvenir... Si, à ce moment là, je suis restée assez vague quant à mes idées de visites, de promenades et de sorties, c'est uniquement parce que je comptais les partager au jour le jour depuis l'appartement de mon CouchSurfer à Ilsan, une autre ville coréenne située à plus ou moins 20 km du centre de Séoul... Une dernière nuit dans mon lit, un câlin de ma maman, un trajet en métro, un autre en train, deux embarquements en avion et une escale plus tard, je me replace devant l'écran de mon ordinateur portable pour partager avec vous le premier récit de mes aventures à l'autre bout du monde — et j'écris tout cela depuis mon (étrangement confortable) siège d'avion au beau milieu des nuages, quelque part au dessus de Lodz, en Pologne —.


I'm finally back on the road


Comme (presque) toujours lorsqu'il est question d'aventure, c'est à Charleroi, dans mon cher Pays Noir, que l'histoire commencent avec un (très) long trajet et une longue liste de transports en commun... Parce qu'avant de pouvoir atteindre la destination dont je rêvais tant ces quatre derniers mois, j'avais une (très) longue route à faire.

Pour commencer, un court trajet en métro pour arriver jusqu'à la gare de Charleroi-Sud où je devais monter dans l'un des trains qui relient quotidiennement la gare carolo à celle de Bruxelles Airport — je passerais les détails sur à mon incroyable capacité à être distraite et sur mon erreur de train qui m'a fait perdre plus de 30 minutes, bref —. Ensuite, un trajet de train de presque deux heures jusqu'à l'aéroport de Zaventem où, après avoir enregistré mes bagages, j'ai pu prendre le temps de m'arrêter quelques minutes chez Starbucks Coffee et de prendre mon petit déjeuner avant d'embarquer dans mon premier avion en direction de Munich, en Allemagne... Après à peine une heure de vol — et un délicieux petit repas dans les airs —, j'étais déjà arrivée sur le territoire allemand où je devais patienter une heure avant de pouvoir embarquer dans mon deuxième et dernier avion. Finalement, c'est heureuse, surexcitée et (plus que) prête à partir à l'aventure que je suis montée à bord de l'avion dans lequel je partage et écris ces quelques lignes... 

No comments:

Post a Comment