Tuesday, July 5, 2016

Five cities in five days #2 | Brussels, Belgium

Après une première journée d'aventure (très) fatigante et (quelque peu) décevante à Aix-La-Chapelle, nous avons décidé — Jay, mon colocataire/meilleur ami/partner in crime, et moi-même — de mettre le cap sur une destination qui ne nous a jamais fait défaut jusqu'à présent : Bruxelles, la belle et célèbre capitale belge.

Mes lecteurs les plus fidèles l'ont probablement déjà compris : le lien que j'entretiens avec Bruxelles est assez particulier. Bien que je ne m'imagine pas forcément vivre et travailler à la capitale dans le futur — en partie parce que je suis (plus que) très mauvaise en néerlandais —, j'affectionne particulièrement la beauté, l'énergie et l'atmosphère du centre-ville bruxellois — tout comme mon célèbre acolyte —. C'est en partie pour cette raison que nous sommes montés dans l'un des nombreux trains qui relient Liège à Bruxelles un peu plus tôt ce matin...


We finally break the travel week malediction


Toujours aussi fatigués de notre mésaventure de la veille — il faut dire que partir en exploration avec la mononucléose n'est pas une mince affaire —, c'est beaucoup d'espoir, mais également quelques doutes et appréhensions que nous sommes partis redécouvrir Bruxelles pour cette deuxième journée de travel week...

Bien que le temps belge soit resté fidèle à sa (mauvaise) réputation — en effet, il est pratiquement impossible d'obtenir deux photographies de suite avec un ciel identique tant la météo varie d'une minute à une autre —, notre journée dans le centre-ville de la capitale s'est avérée particulièrement cool*, agréable et pleine de (bonnes) surprises... Après être passés par la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule, la galerie Agora, la Grand Place — et, bien évidemment son Starbucks Coffee —, la rue commerçante, le Palais Royal, la Chaussée d'Ixelles et l'Avenue Louise, nous avons profité du peu de temps qu'il nous restait pour nous égarer dans les petites rues moins fréquentées par les touristes — comme la Rue des Eperonniers — dans l'espoir de découvrir de nouvelles petites boutiques plus décalées et originales que celles que l'on retrouve dans les grandes villes du pays.

Finalement, c'est les bras chargés de paquets et les jambes fatiguées par les kilomètres parcourus (plus ou moins) sous le soleil que nous sommes remontés dans un train en direction de Liège... Peut-être que la malédiction de la travel week est enfin brisée ? Peut-être que nous serons enfin libérées du mauvais belge ? Affaire à suivre...


* Mot du jour choisit par Jay, du blog The-Melting-Pop.

No comments:

Post a Comment