Tuesday, May 3, 2016

I have this feeling about One Direction

Quelques mois après l'officialisation de leur hiatus suite au départ de Zayn Malik, la sortie de Made In The A.M. — leur cinquième et (peut-être) dernier album — et le début de leur redoutable pause de 18 mois, je ne peux m'empêcher de continuer à penser à Harry Styles, Niall Horan, Louis Tomlinson et Liam Payne...

C'est en écoutant des titres comme « Perfect », « Through The Dark », « Strong » ou encore « Little Things » un peu plus tôt cette semaine que j'ai compris que j'étais incapable de refouler au fond de moi une certaine nostalgie liée à cet hiatus ou l'amour (inexplicable et inconditionnel) que j'éprouve pour ceux que l'on considérait comme le plus grand boys band de tous les temps. À travers leur musique, ils m'ont aidé à venir à bout d'épreuves que je pensais insurmontables, ils m'ont montré qu'il pouvait encore y avoir de l'espoir, que je pouvais continuer à rêver d'un avenir meilleur. Ils m'ont fait chanter, rire et pleurer. Ils étaient les premières voix que j'entendais le matin en me réveillant et les dernières qui résonnaient lorsque j'étais sur le point de sombrer dans le sommeil. Ils ne connaissent pas mon visage et mon prénom, mais ils ont partagé mon existence pendant plus de cinq ans...


This is not the end, this is not the end...


Si tout cela semble complètement idiot, c'est parce qu'il s'agit d'un sentiment déraisonnable qui ne répond à aucun critère de logique. Parce que, pour être honnête, lorsqu'il est question de One Direction, je ne peux pas faire appel à la raison ou à l'objectivité, je suis tout simplement incapable de réfléchir sans prendre en compte mes sentiments personnels. Parce que, en fin de compte, lorsqu'il est question de One Direction, je ne suis qu'une adolescente follement éprise de ces idoles...

J'ai beau savoir qu'ils sont une pure création mainstream et marketing, qu'ils ont été créés de toutes pièces par un producteur dans le seul et unique but de gagner de l'argent, que je ne corresponds plus au public visé par leur maison de disque depuis longtemps, rien de tout cela ne compte à mes yeux...

Tout ce que je souhaite, tout ce qui m'importe, c'est qu'ils continuent à faire partie de ma vie à travers leur musique, leur folie et leurs irrésistibles sourires parce que je ne pense pas être prête à leur dire définitivement au revoir. Même si j'ai conscience qu'ils ne se remettront peut-être jamais ensemble, qu'ils perdent contact les uns avec les autres, même si je comprends qu'ils aient envie de prendre des chemins complètement différents, tout ce que je souhaite c'est qu'ils finissent par revenir, parce que je sais que je ne suis pas la seule à qui ils manquent terriblement.

Alors peu importe si cela semble fou et idiot, peu importe si ces mots n'ont ni queue ni tête. Je sais que si je ne peux m'empêcher de penser à mon boys band c'est parce qu'il compte plus pour moi que je ne pourrais jamais l'écrire...

No comments:

Post a Comment