Thursday, April 21, 2016

Wake Up World Tour '16 | Photo Diary

Souvenez-vous, il y a quelques jours je vous parlais déjà vaguement du Wake Up World Tour et plus particulièrement de mon enthousiasme et de mon impatience — à travers mon article « Seven reasons you should (re)discover the band The Vamps » où je partageais avec vous sept bonnes raisons de découvrir ou de redécouvrir le groupe britannique — qui est d'ores et déjà considéré comme l'un des plus grands phénomènes teenager du moment par les médias spécialisés —.

C'est en étant très heureuse d'avoir survécu à cette attente que je m'installe devant mon ordinateur portable — avec une tasse de café noir à proximité et de la musique dans les oreilles — pour partager avec vous mon aventure et mes impressions du concert d'hier dans le centre-ville de Bruxelles, à l'Ancienne Belgique.


You can rest your love on me ♥


Comme toujours, c'est accompagné de Jay, mon inséparable meilleur ami, que je suis partie à l'aventure dans le centre de la capitale belge pour essayer de profiter du soleil printanier et de l'effervescence de Bruxelles avant le concert. Après un détour par la Grand Placecomme le veut notre petite tradition personnelle —, une balade dans les rues du centre-ville, un passage dans l'un des nombreux snacks grecs et un break sur les bancs du Boulevard Anspach et de la Place de Brouckèredevenus piétonnier l'année dernière —, j'ai finalement quitté mon acolyte pour quelques heures.

The Tide, le groupe californien qui se charge de l'opening du Wake Up World Tour. 

#InstaxTheVamps + The Tide


À peine entrer dans le bâtiment qui abrite l'Ancienne Belgique, j'ai pu profiter de la collaboration du groupe avec la marque Fujifilm pour promouvoir l'Instax Mini 70 en posant — fièrement et avec l'un des plus grands sourires jamais dessinés sur mon visage — devant les immenses posters cartonner à l'effigie des quatre musiciens. 

Quelques minutes à peine après avoir passée les portes d'entrée, Austin Corini, Drew Dirksen, Levi Jones et Nate Parke les quatre musiciens qui forment The Tide — le groupe qui se charge de la première partie du Wake Up World Tour — sont montés sur scène pour démarrer la soirée. J'avais beau ne pas connaitre ce tout nouveau band signé par Steady Records — le label lancé par The Vamps il y a peu —, j'étais enthousiasmée par leur musique dès les premières minutes. Avec leur style pop/rock — que je situerais quelques part entre le british et le west coast et qui me fait vaguement penser à l'univers musical de groupe comme One Direction, Before You Exist ou encore The Vamps —, ils avaient absolument tout pour me plaire : trois superbes voix, de bonnes mélodies rythmées, mais aussi et surtout une présence et une énergie sur scène qui invitait tout le public à sauter, danser et chanter — même lorsque, comme moi, on ne connait pas les paroles ! —.


She need a wild heart, I've got a wild heart... 🎵


Habitués aux grandes salles et aux arenas — qu'ils remplissent sans difficulté en Grande Bretagne —, Bradley, Connor, Tristan et James se sont immédiatement imposés comme d'excellents musiciens, mais aussi comme d'incroyables performers lors de leur passage sur la 'petite' scène de l'Ancienne Belgique. Une fois les lumières stroboscopiques en marche, les décors allumés et les premiers accords joués, les quatre artistes débordant d'énergie ont offert au public un show où folie, complicité et hystérie se mêlaient au rythme et à la mélodie de Rest Your Love — le morceau qui ouvre chaque soir le Wake Up World Tour et qui, accessoirement, se trouve être leur dernier single —

Après à peine quelques minutes de concert, le quatuor avait déjà dépassé mes attentes et se trouvait bien au-delà de mes espérances. En multipliant les entrées et les sorties de scène, les membres du groupe — qui semblaient jouer aux chaises musicales — ont eu, les uns après les autres, leur moment privilégier avec le public. De Tristan qui reprend avec rythme le couplet de Silentò sur Volcano et qui se lance dans un énergique solo de batterie de plus de deux minutes, en passant par James et Connor qui chantent en duo à plusieurs reprises avec pour seul accompagnement leurs guitares acoustiques, jusqu'à Bradley, qui, quand il ne joue pas de guitare, de piano ou même de batterie, danse comme un fou aux quatre coins de la scène et fait chavirer le cœur des jeunes filles présentes dans la salle.

Après ce concert, la seule chose que je puisse dire, c'est que bien plus qu'hier et bien moins que demain, mon petit cœur d'adolescente éternelle bat sur le rythme des chansons écrites et interprétées par The Vamps... ♥




Tristan Evan n'a pas failli à sa réputation la nuit dernière lorsqu'il s'est lancé dans son solo de batterie.




Photographs taken @ Ancienne Belgique

No comments:

Post a Comment